Compléter le programme sur les questions de jeunesse

S'inspirer du cadre posé par le SNU pour rediriger ce programme sur des questions de développement durable en limitant le rôle du ministère de la Défense et en dotant les DRAJES de moyens supplémentaires pour être accompagnés par des associations locales d'éducation populaire, de sensibilisation à l'environnement, à la solidarité internationale, etc. Favoriser des opportunités d'engagement à la sortie du SNU (Benevolat, service civique, corps européen de solidarité, volontariat à l'international) en contractualisant avec les plates-formes associatives (France Bénévolat) et les opérateurs de l'état (Agence du Service Civique, France Volontaires) pour renforcer l'information et les offres de mission : développer la généralisation d'une pratique d'une année d'engagement post-bac, avant les études, ce qui facilitera par ailleurs les orientations futures; Favoriser les soutiens aux jeunes entrepreneurs, notamment dans le domaine de l'ESS : developper, dans les cours de SES dès la seconde, des modules sur l'ESS, le consommer durable, en partenariat avec le monde associatif (en particulier la plate-forme Commerce Équitable France), subventionner les associations d'accompagnement à l'entrepreneuriat, inciter à un meilleur soutien des chambres de commerce sur ces sujets. Favoriser la place de la jeunesse dans les instances publiques, dédier un quota de sièges au CESE à des représentants de la jeunesse. Ouvrir une consultation avec le Mouvement associatif dès après l'élection pour ouvrir de nouvelles propositions, se positionner pour une vraie compétence jeunesse au sein du MENJS et des DRAJES, la fusion ayant fait souffrir les services au niveau régional.