Les cordes de la société civile, essentielles à l’arc humaniste

Les cordes de la société civile, essentielles à l’arc humaniste

Ça converge, “vraiment “.La pandémie mondiale de Covid-19 a accéléré la construction d'une réponse globale à la triple urgence écologique, sociale et démocratique.

En France, plusieurs démarches collectives sont en cours de développement. Deux d’entre elles impliquent des organisations syndicales et associatives : le Pacte pour le pouvoir de vivre et le collectif Plus jamais ça !

A l’origine de la première, 19 organisations portent « un pacte de la convergence de l’écologie et du social ». Elles sont aujourd’hui une cinquantaine : associations environnementales (Réseau Action Climat, Fondation Nicolas Hulot...), de lutte contre la pauvreté (Secours catholique, Armée du Salut...), de soutien à l’accueil des migrant.es (Cimade, France Terre d'asile...), syndicats (Cfdt, Unsa...), fondations et mutuelles. Ensemble, elles présentent 66 propositions « qui permettent à la fois de lutter contre le dérèglement climatique, enrayer l’érosion de la biodiversité et améliorer le quotidien des citoyen·nes » (1).

Un autre collectif “Plus jamais ça !” s'est formé au printemps 2020. Il porte une démarche de changement social profond complémentaire à celle du Pacte : des organisations comme Oxfam-France, France Nature environnement et le CCFD-Terre solidaire font d'ailleurs partie des deux dynamiques.

8 organisations sont à l'origine de Plus jamais ça, et là encore,elles ont été rejointes par d'autres pour un rassemblement de syndicats (CGT, FSU, Solidaires, Confédération paysanne, Syndicat de la magistrature, celui des avocats de France, l'Unef étudiante et la FlDL lycéenne) et d'associations du champ de la solidarité, de l'éducation populaire et de l'écologie (Alternatiba, Attac, Droit au Logement…) (2)

Ce qui caractérise ce collectif, c’est aussi la tenue d'actions solidaires de terrain. Ainsi, des représentant·es des organisations fondatrices se sont retrouvées fin février dans une ferme de Loire-Atlantique pour l'ouverture de la manifestation « Le Salon à la ferme », organisée par la Confédération paysanne. Depuis, le collectif a mené des mobilisations communes contre la casse sociale et le Greenwashing de Total à Grandpuits (Seine-et-Marne), ou contre la fermeture de l’usine de recyclage de papier de la Chapelle Darblay (Seine-Maritime).

L’alliance d’acteurs·trices de la lutte sociale et environnementale, montre que l’urgence d’un changement de modèle entraîne des convergences qui semblaient hier difficiles. Le travail s’est poursuivi le 1er mai avec le rapport  “Pas d'emploi sur une planète morte (2)” où sont mises en commun les analyses et propositions des organisations rassemblées.

Les convergences de tous ces mouvements sociaux doivent maintenant déboucher sur une offre politique construite dans le même état d'esprit. Une certaine idée de demain, en tant que « plateforme pour imaginer, organiser et préparer l'alternance écologique, en France, en 2022 » porte bien entendu une attention bienveillante à ces dynamiques. Des représentant.es du Pacte pour le pouvoir du vivre et du collectif Plus jamais ça étaient d’ailleurs présent.es lors d'une soirée organisée par la dynamique et Eric Piolle.

(1) www.pactedupouvoirdevivre.fr (2) https://plus-jamais.org

 

Si vous voulez construire une autre voie pour 2022, vraiment écologiste et humaniste, rejoignez Une Certaine Idée de Demain !