Favoriser la conduite autonome (nv 3) et conduite collaborative

Le DRH de (feu) Norbert Dantressangle me disait qu'après avoir testé un maximum de technologies, le principal facteur d'économies de carburant était la formation des chauffeurs à l'éco-conduite (anticipation, souplesse, accepter que le PL ralentisse dans une côte). Un robot est plus efficace que l'humain pour adopter les bons paramètres (distances, souplesse, anticipation, respect des vitesses) . Il faudrait favoriser la conduite autonome (niveau 3) et statuer sur une norme d'échanges d'information de traffic. Ainsi en cas de saturation les vitesses en amont sont adaptées permettant une meilleure utilisation de la ressource "route". En cas d'accident une voie serait réservée aux secours etc... Les logiciels de navigation sur smartphone indiqueraient les paramètres collaboratifs (vitesse, voie) pour les véhicules non adaptés (en s'inspirant de ce qui peut exister en aviation : ADS-B & T-CAS).