Triste Tropicalia !

Triste Tropicalia !

Au début de Tristes Tropiques, le grand ethnologue Claude Lévi-Strauss déplorait la destruction des espaces tropicaux par les brutales incursions occidentales. Il inventait ainsi le concept des tropiques rendus « tristes » par des voyages qui transforment les espaces, les forêts sauvages et les populations en « gibiers » à touristes. 

 

 

Au début de Tristes Tropiques, le grand ethnologue Claude Lévi-Strauss déplorait la destruction des espaces tropicaux par les brutales incursions occidentales. Il inventait ainsi le concept des tropiques rendus « tristes » par des voyages qui transforment les espaces, les forêts sauvages et les populations en « gibiers » à touristes. 

Non content d’avoir détruit une partie de l’Amazonie, d’avoir ravagé sa faune, sa flore et les peuples qui y vivaient, le libéralisme pousse le cynisme du tourisme de masse jusqu’à vouloir créer avec Tropicalia un « Disneyland tropical » dans le Pas-de-Calais, à proximité du site Natura 2000 du marais de Balançon, de la zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique du bocage et des prairies humides de Verton, des marais littoraux et du site classé du Marquenterre.

 

« Pauvre gibier pris aux pièges de la civilisation mécanique, sauvages de la forêt amazonienne, tendres et impuissantes victimes » 

Claude Lévi-Strauss in Tristes Tropiques

 

Le projet Tropicalia propose en effet de recréer sous cloche, dans une serre démesurée de 20 000 m² chauffée toute l’année à 28 °C un bout de terre tropical pour un budget pharaonique de 74 millions d’euros ! 

La France n’est pas Dubaï avec ses pistes de ski artificielles en plein désert ! Quelle est la prochaine étape ? La banquise à Marseille ? L’Himalaya dans les plaines de la Beauce ? 

Eric Piolle était présent ce samedi avec des élus du Pôle écologiste et les associations mobilisées contre ce projet. Réunis dans un collectif « Non à Tropicalia » rassemblant une trentaine d’associations, ils ont lancé une pétition avec près de 15 000 signataires et ont déposé un recours contentieux au tribunal administratif de Lille contre le permis de construire en mars dernier. 

Ce projet est en effet une aberration écologique : l’écologie, c’est le respect de l’environnement, du climat et non l’artificialisation des espaces pour le divertissement tarifé de quelques-uns. 

L’écologie, ce n’est pas la brutalisation des territoires comme le prévoit Tropicalia en important des espèces et en créant sous cloche des tropiques d’opérette ! 

L’écologie, ce n’est pas non plus la destruction des espaces agricoles comme va l'entraîner le projet Tropicalia ! 

Ce projet relève aussi d’une forme d’hubris contemporain, de démesure et de rêve de toute puissance technologique. 

Il y a une alternative à ces mégas-projets qui violentent la nature !

Plutôt que des projets titanesques et arrogants, remettons de la sobriété et de l’humilité dans notre rapport à la nature. 

  •   Protégeons nos espaces de proximité comme la toute proche baie d’Authie où Eric Piolle s’est rendu ce samedi : on y trouve des paysages magnifiques et des espèces rares à protéger.  Pas besoin de rapatrier artificiellement l’Amazonie.
  •   Reprenons l’objectif de la Convention Citoyenne pour le Climat de zéro artificialisation des sols !
  • Développons aussi un éco-tourisme générateur d’emplois qui ont du sens et qui s’ancrent dans les territoires.
  • Sachons promouvoir les associations de défense de l’environnement plutôt que de leur couper les crédits comme l’a fait le Président de la Région Hauts de France Xavier Bertrand.
  • Rendons opposable l’avis de l’Autorité Environnementale, autorité indépendante qui se prononce sur l’étude d’impact d’un projet, qui aujourd’hui ne donne qu’un avis.
  • Intégrons la préservation des terres agricoles dans les documents d’urbanisme.
  •   Arrêtons d’accorder des financements publics aux installations ayant un impact négatif sur l’environnement.

·   Inspirons-nous des luttes victorieuses et des combats porteurs de sens ! Un projet semblable avait été imaginé à quelques kilomètres de Grenoble en pleine forêt, et Éric Piolle a rappelé que la mobilisation des élus et des associations écologistes a permis d’éviter cette aberration et ce temple de la surconsommation.

Si vous voulez construire une autre voie pour 2022, vraiment écologiste et humaniste, rejoignez Une Certaine Idée de Demain !